La Baule+

24 // Avril 2021 Big Pharma ➤ Une enquête choc sur les origines de la Covid-19 La pornichétine Jacky Cassou enquête avec un ancien analyste d’une agence de renseignements sur le scandale de la Covid-19 C ’est un sujet complexe et délicat, il incombe évidemment à chacun de se forger son opinion en toute liberté. Jacky Cassou habite à Pornichet et elle a aidé l’un de ses amis, Pat Jaulent, un franco- américain qui a été analyste dans l’une des plus grandes agences de renseignements du monde, à rédiger un livre sur le scandale de la Covid-19. Pat Jaulent maîtrise la collecte d’informations et l’in- trusion informatique. Il a fait cela pendant des années pour le gouvernement américain et il a ainsi pu réunir des centaines de documents sur ce sujet. Jacky Cassou a classé ces éléments pour en faire un livre, qui a d’abord été baptisé « Morts pour de l’argent ». Cepen- dant, cet ouvrage autoédité a très vite été censuré par les réseaux sociaux et il a été ensuite réimprimé sous le titre « Un monde de menteurs ». Le livre n’est pas publié par un éditeur professionnel, mais il contient des centaines de révélations et d’in- formations sourcées. Compte tenu du contexte, il est difficile de le trouver en librairie, mais la Maison de la Presse de La Baule a accepté de recevoir les auteurs pour une séance de dédicaces le 23 avril prochain à 11h. « Un monde de menteurs » de Pat Jaulent et Jacky Cassou est diffusé en autoédition via Amazon. Le livre sera vendu lors d’une séance de dédicaces à La Maison de la Presse de La Baule, le vendredi 23 avril entre 11h et 12h30, en présence des auteurs. Maison de la Presse, 232, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny à La Baule. La Baule + : Vous commencez votre en- quête en 1880. Que s’était-il passé ? Pat Jaulent : Nous avons voulu raconter les consé- quences de certaines décisions lorsque le pouvoir est roi dans le milieu de la santé. Nous sommes remontés au niveau de l’eugénisme, qui a démarré aux États-Unis au début du XIXe siècle, avec une agence qui avait pour objectif de sté- riliser toutes les personnes ayant des antécédents médi- caux, comme un handicap physique ou moral. Ils ont même été plus loin, puisque par la suite ils ont stérilisé des aveugles, des épileptiques et des alcooliques. En 1916, il y a eu la première agence d’eu- génisme à New York. Ce sont les Américains qui ont travaillé sur l’eu- génisme, alors que l’on a tendance à penser que ce sont les nazis qui ont commencé… P.J : Les nazis sont arrivés beaucoup plus tard dans ces recherches ! À partir de 1933, ils ont commencé à stériliser 350 000 personnes, alors qu’aux États-Unis les pre- mières vaccinations de stéri- lisation ont commencé dans l’Iowa avec 60 000 personnes. Jacky Cassou : Il y a même eu une campagne contre Car- rie Buck, que l’on a voulu rendre infertile parce qu’elle avait donné naissance à un enfant hors mariage ! Les premières vaccinations anti- poliomyélite contenaient un virus qui s’appelle le SV 40, qui donnait naissance à des cancers Quel est le rapport entre l’eugénisme et la Covid- 19 ? P.J : C’est la conclusion, mais on va commencer par l’historique. Dans les années 1920, l’industrie de la phar- macie était à ses balbutie- ments. Elle était associée à l’industrie de la chimie et, en 1938, il y a eu la création de la pénicilline. À partir de ce moment, la pharmacie a ex- plosé. Un certain Rockfeller a monté un certain nombre de filiales. C’est devenu ce que l’on appelle Big Pharma, avec des résultats fantas- tiques. Les premiers vaccins permettaient de traiter des problèmes uniquement san- guins. Les premières vacci- nations anti-poliomyélite contenaient un virus qui s’appelle le SV 40, qui don- nait naissance à des cancers. À partir de là, des millions de personnes ont eu le cancer, tout simplement parce qu’elles voulaient se faire vacciner contre la polio... Tout cela peut se vérifier mais, quand on le dit, on est tout de suite accusé de complotisme… P.J : Un complotiste, est-ce quelqu’un qui n’accepte pas la théorie unifiée d’un gouver- nement ou d’une classe diri- geante, ou est-ce quelqu’un qui essaye de comprendre ? Quand on remonte assez loin dans le temps, on n'est plus dans le complot, on est dans l’histoire ! Il y a des docu- ments officiels qui montrent que des millions de personnes ont été infectées après la vac- cination contre la polio et l'on a même parlé du Sida. Il a été prouvé ensuite que le virus SV 40 provenait d’une cellule de singe. Pour comprendre les choses, il faut toujours re- monter dans le passé. Car la Covid a un passé... En 1973, en Caroline du Nord, on stérilisait les gens qui avaient un QI inférieur à 70 ! Votre démarche est fina- lement celle d’un statis- ticien… P.J : En 1973, en Caroline du Nord, on stérilisait les gens qui avaient un QI inférieur à 70 ! Dans les années 70, Bill Clinton était gouverneur de l’Arkansas et il avait la res- ponsabilité des établisse- ments pénitentiaires. Il y avait une grande prison et il a passé un contrat pour faire vacciner les prisonniers. Jusqu’à présent, c’est louable. Le problème, c’est que cette société a passé un accord avec un médecin qui prenait cinq dollars par transfusion san- guine, avant de revendre le plasma cinquante dollars à des groupes pharmaceu- tiques qui ont transformé tout cela en produits san- guins. Et c’était la première affaire de sang contaminé... Et l'on arrive au Sida… P.J : C’était bien avant, puisque la première per- sonne identifiée comme por- teuse du Sida était un Haïtien en 1959. Donc, on a vacciné des prisonniers, sous pré- texte de santé. L’industrie pharmaceutique a ensuite distribué ces vaccins au Ca- nada et en Europe. Il y a eu 3000 morts au Canada. Il y a eu un procès et le gouver- neur Bill Clinton a dû stopper la vaccination pendant six mois, avant de la reprendre. La vaccination s’est arrêtée quand Bill Clinton est devenu président des États-Unis.

RkJQdWJsaXNoZXIy MTEyOTQ2