La Baule+

la baule + 18 // Mai 2021 Histoire ► Un historien raconte le parcours de François Mitterrand à l’occasion de l’anniversaire des 40 ans de Mai 81 Pierre-Marie Terral : « Mitterrand est un personnage romanesque, romantique. Sa vie est un roman national. » À l’occasion du quarantième anniversaire de Mai 81, Pierre-Marie Terral, agrégé et docteur en histoire, retrace l’exis- tence de François Mitterrand à l’aune des lieux qui furent les siens. De Jarnac, sa ville natale, à sa terre d’élection de Château-Chinon, du rite de Solutré au havre landais de Latche, de l’Auvergne discrète au Luberon intime, les hauts lieux de la géographie mitterrandienne sont scrutés, tout autant que chaque re- coin dissimulé sous le voile du se- cret, à l’image du Vichy des années noires. Parcourir et analyser ces points d’ancrage, c’est ainsi dessi- ner une singulière biographie selon un angle jamais exploré, éclairant l’histoire d’un personnage roma- nesque à souhait, tout en révélant des facettes méconnues. « François Mitterrand. Un roman français » de Pierre-Marie Terral, préface de François Hollande, est publié chez Mareuil Éditions. La Baule + : Il y a qua- rante ans, en mai 1981, la France basculait dans le socialisme. Or, elle n’en est jamais sortie, si l’on se réfère aux propos de Valéry Giscard d’Es- taing qui disait qu’un pays bascule dans le so- cialisme au-delà de 40 % de prélèvements obli- gatoires… Pierre-Marie Terral : On pourrait parler de cette rivalité avec Valéry Giscard d’Estaing, d’autant qu’une partie de leur inimitié se jouait aussi en région Au- vergne, où Valéry Giscard d’Estaing était ancré et où François Mitterrand avait une relation secrète avec Anne Pingeot, une jeune fille de la bourgeoisie de Clermont-Ferrand. Dans le débat de l’élection prési- dentielle de 1974, il y avait eu quelques allusions plus ou moins perfides de la part de Valéry Giscard d’Estaing à cet ancrage inconnu de François Mitterrand. Je me suis intéressé au chemi- nement de François Mit- terrand, à son passage par différents lieux, notamment sa terre maternelle de Cha- rente, pour retracer son che- minement politique, mais aussi son cheminement intérieur, puisque c’était un homme d’une grande complexité. D’ailleurs, sans pouvoir percer certains mystères, j’ai quand même essayé d’éclairer certaines facettes du personnage. Il aurait pu naître dans notre région, puisque son père était chef de gare à Saint-Nazaire… Exactement. Son père était chef de gare à Saint-Nazaire et François Mitterrand di- sait qu’il aurait pu naître à Nantes ou à Chantenay… Mais il est vrai que par- tout où il passait, il avait une grande habileté à se faire adopter en expliquant le lien fort qui l’unissait à une région. Il se trouve que c’est vrai, il aurait pu naître à Saint-Nazaire, si la tradi- tion n’avait pas voulu que sa mère revienne en Charente auprès de ses parents pour le mettre au monde. C’était aussi pour lui l’occasion de rappeler que son père, qui était chef de gare, pouvait être rangé, non pas du côté des prolétaires, mais du côté des gens qui portaient le bleu de travail. Ce n’était pas innocent de sa part. François Mitterrand était également un amoureux de la Bretagne, puisqu’il aimait beaucoup Belle-Île-en-Mer et il avait débarqué dans le Finistère pendant la Résis- tance. Il a même dit qu’il aurait pu vivre à Belle-Île- en-Mer, s’il avait découvert cette île un peu plus tôt. Pendant plusd’unsiècle, la distinction entre la droite et la gauche en France n’a pas été celle que nous connaissons aujourd’hui, car la droite était plutôt mo- narchiste, anti-républi- caine, attachée au ter- roir, à l’écologie et aux traditions. En me réfé- rant à ce classement,

RkJQdWJsaXNoZXIy MTEyOTQ2