La Baule+

2 // Juin 2020 V ous avez été très nombreux à vous manifester en regrettant l’interrup- tion de la parution de La Baule + pendant la durée du confinement. Certes, la liberté de la presse et sa distribution ont été garanties par le gouvernement au cours de cette période et c’est ainsi que la plupart de nos confrères ont pu pour- suivre leur publication. Cependant, le mo- dèle économique de La Baule +, qui est un mensuel gratuit, repose exclusivement sur les annonces publicitaires. Or, l’arrêt d’une grande partie de notre économie, avec la fermeture des commerces, ne per- mettait pas le financement de la création, l’impression et la distribution du journal. Nous vous rappelons que contrairement à la presse payante, La Baule + ne bénéfi- cie d’aucune subvention publique. Beaucoup de lecteurs nous ont suggéré une publication uniquement disponible sur Internet. Toutefois, le concept édito- rial de La Baule + implique des articles de fond et des interviews, ce qui requiert un certain temps de lecture, avec concen- tration, et le format papier demeure une valeur sûre alors qu’un média Internet est davantage adapté à des brèves ou à des informations de dernière minute que l’on survole. De plus, nos annonceurs restent sensibles à la puissance de la publicité classique diffusée sur papier. Cette période aura été pour certains un moment de pause et de réflexion, mais aussi une formidable opportunité de ré- vélation de l’âme humaine. En premier lieu, le personnel soignant a fait preuve d’une force et d’une combativité in- croyables, qui ont suscité un profond res- pect de la part des Français. Ils ont glo- balement observé les mesures de confinement. Ensuite, à l’échelon local, on a vu se multiplier des initiatives for- midables, comme ces chefs qui se sont rassemblés pour offrir des repas aux soi- gnants, aux pompiers et aux policiers, mais aussi, dans de nombreuses communes, ces bénévoles qui se sont re- trouvés pour confectionner des masques destinés au personnel soignant. On re- tiendra surtout cette mobilisation qui aura révélé le côté généreux de l’être hu- main. Le Premier ministre, Édouard Philippe, a confirmé que la liberté redevenait la règle et l’absence de liberté, l’exception, ce qui semble induire le ralentissement de cette épidémie, du moins pour l’été. Les dispo- sitifs sociaux et économiques mis en place par le gouvernement ont permis à beau- coup d'entreprises de redémarrer progres- sivement, depuis le 11 mai dernier, et d’amortir le choc de la crise économique annoncée. Cependant, sur l’antenne de Kernews, nous avons relayé de nom- breuses insatisfactions, frustrations, dé- ceptions ou inquiétudes d’acteurs écono- miques, non pas pour le plaisir de critiquer, mais afin de lancer des alertes et de faire avancer les choses. On a ainsi pu constater que l’échelon local, souvent oublié par Paris, a été en mesure de ré- soudre de nombreuses attentes, avec des élus qui ont toujours répondu présent, en étant sur le terrain pour aider les commer- çants et les entrepreneurs, et qui se sont battus, souvent avec de faibles moyens, pour distribuer des masques à la popula- tion. L’heure est à l’optimisme et à la reprise économique. La presqu’île guérandaise bénéficie de nombreux atouts, notamment grâce à la généralisation du télétravail qui amène les résidents secondaires à prolon- ger leur séjour et à consommer locale- ment. Les vacanciers seront certainement nombreux cet été et, même si ce qui a été perdu par nos commerçants et nos res- taurateurs ne se rattrape pas, on peut rai- sonnablement espérer que la saison esti- vale sera excellente. La Baule + continue d’être une source de réflexion avec des personnalités locales ou nationales, crédibles, sérieuses et re- connues, qui alimentent le débat. Non pas pour tenter de vous influencer, mais sim- plement pour nourrir notre intelligence collective. Tel est le cas dans ce numéro avec le journaliste de Libération, Jean Quatremer, que l’on a entendu sur France Inter ou sur BFM TV et dont le ton est vraiment différent. L’entretien avec l’in- tellectuel Yves Laisné permet également d’ouvrir le débat sur la stratégie du confi- nement et la mise entre parenthèses des libertés individuelles. Même si l'on n'ap- prouve pas tous ses propos, certains élé- ments de son discours méritent notre at- tention. C’est aussi le rôle d’un journal libre, dans une démocratie, que d’agiter des idées. Mais, contrairement au tout et n’importe quoi qui déferle sur les réseaux sociaux, nous nous efforçons de le faire avec responsabilité et discernement, au- près d'interlocuteurs qui connaissent vrai- ment leur sujet. Voilà pourquoi la presse joue plus que jamais un rôle essentiel. Bonne lecture, prenez bien soin de vous. N'oubliez pas que ce virus est toujours présent et qu’il est dangereux : alors, continuons de respecter les gestes bar- rières. Fabienne Brasseur - Yannick Urrien La Baule+ est de retour : place au débat et à la réflexion L e Groupe Barrière est le premier employeur de La Baule et ses établis- sements constituent des fac- teurs d’attractivité touristique majeure sur la presqu’île. La consigne du gouvernement sur la nécessité de passer ses vacances en France va évi- demment profiter au premier groupe familial français dans le domaine du tourisme. Do- minique Desseigne, PDG de Barrière, indique : « Nos col- laborateurs se sont mobilisés, chacun à sa manière, pour apporter son expertise et ses idées innovantes pour mettre en place les nouveaux proto- coles sanitaires et anticiper les nouvelles attentes de nos clients dans nos hôtels, nos restaurants et bars, et nos ca- sinos. Aujourd'hui, nous vou- lons prendre une part active dans la reprise économique du tourisme en France et être un acteur du retour à la convivialité et à la sérénité. Notre unique mission : nous nous occupons de tout, sur- tout de vous ». A La Baule, sont déjà ouverts ou en cours d'ouverture : le Golf International Barrière et le Tennis Country Club (de- puis le 11 mai), le Casino Bar- rière (depuis le 2 juin), Le Ponton et L’Hôtel Le Castel Marie-Louise (vendredi 5 juin). L’Hôtel Barrière L'Her- mitage et le restaurant l’Eden Beach ouvriront le vendredi 12 juin et l'Hôtel Barrière Le Royal le vendredi 3 juillet. Dominique Desseigne ajoute: « L'organisation sociale et professionnelle de notre quo- tidien a changé et les séjours au sein des établissements Barrière impliquent bien en- tendu de nouvelles procédures de sécurité sanitaire, l'adop- tion systématique des gestes protecteurs et des aménage- ments pour vivre le plus agréablement possible les nouveaux usages nécessaires pour respecter les règles en vi- gueur. Ainsi la distanciation physique passe par une réor- ganisation des espaces avec une signalétique d'informa- tions, des équipements protec- teurs, la distribution de gel hy- dro-alcoolique et de lingettes désinfectantes. Elle est accom- pagnée de mesures d'entretien strictes et régulières des sur- faces et des éléments manipu- lés par les clients (clés, termi- naux de paiement, etc.). Dans tous les établissements Bar- rière, la digitalisation a été renforcée sur l'ensemble du parcours client pour limiter les contacts: paiement sans contact, procédures de check- in, express check-out, réserva- tion et facturation digitalisées. Bien sûr, certains équipe- ments sont immédiatement renouvelés après chaque usage, notamment dans les espaces sanitaires, les lieux de pause, ainsi que dans les es- paces des restaurants et des bars ». Réouverture des établissements Barrière à La Baule Photo : Fabrice Rambert Photo : Fabrice Rambert

RkJQdWJsaXNoZXIy MTEyOTQ2