dans

Le baulois Philippe Hersant aide les écoliers défavorisés dans le monde à avoir une cantine scolaire

Philippe Hersant, qui habite à La Baule, est à l’origine de l’association « Restaurants sans frontières » dont l’objectif est de créer des cantines scolaires dans des pays défavorisés : « Quand j’étais coopérant, j’étais dans le nord de la Côte d’Ivoire. J’ai été choqué de voir de nombreux enfants faire chaque matin plusieurs kilomètres à pied dans la brousse pour arriver à l’école et il n’y avait absolument rien à l’heure du déjeuner : simplement des mamas avec des roulottes pleines de confiseries qui venaient leur proposer des sucreries. Je me suis dit que ce n’était pas terrible sur le plan sanitaire et nutritionnel. Vivant au Maroc quatre à cinq mois dans l’année, j’ai retrouvé le même problème. Comme j’ai fait une carrière dans le monde du conseil dans le domaine de la restauration et de l’hôtellerie, j’ai contacté quelques amis et nous avons décidé de créer quelque chose pour aider les enfants à déjeuner dans des structures correctes. Notre objectif est d’essayer de construire à travers le monde des cantines dans les pays où les enfants en ont besoin ». Le comédien Michel Boujenah et le chef Thierry Marx sont les parrains de cette association qui souhaite se développer dans la quasi-totalité des pays en voie de développement. Philippe Hersant explique : « Ce qui est important, c’est de créer des petites cantines dans des écoles existantes et de faire en sorte que ces cantines soient des vrais lieux de vie pour le village. Autour des locaux, nous créons des jardins potagers, avec des mini-élevages qui sont gérés par les mamans, de manière qu’elles puissent s’auto-approvisionner et qu’elles ne soient pas dépendantes de subventions extérieures. Nous créons des centres de vie avec quelques notions importantes autour de l’environnement. Par exemple, nous évitons que ces cantines cuisinent avec du bois et du charbon. Nous préférons le solaire ». Le bilan est déjà très positif : « Avec Michel Boujenah et Thierry Marx, nous avons fait un point récemment et nous avons constaté que nous avions créé 55 établissements en 13 ans. Cela fait énormément de repas. Nous sommes très satisfaits, mais aussi assez frustrés, et c’est pour cette raison que nous essayons de chercher des subventions. Nous faisons aussi des émissions de télévision, nous écrivons des livres et je souhaite faire quelque chose avec La Baule puisque je suis résident baulois. Il faudrait avoir un projet bien défini de nouvelles cantines scolaires, dans un pays d’Asie, du Sud-Est, ou d’Afrique, et mobiliser les jeunes des écoles de La Baule avec les professeurs et les parents ». Autre motif de satisfaction : « Ce modèle de cantine verte a été très apprécié au Vietnam. Nous en avons déjà huit et les autorités vietnamiennes ont décidé de prendre ce modèle de cantine comme étant celui qu’il faut développer sur tout le pays ». Aujourd’hui, Philippe Hersant souhaite mobiliser les écoliers et les lycéens de la presqu’île autour de la création d’une cantine. Le coût varie entre 5000 et 15 000 euros. L’association a plusieurs projets, notamment au Vietnam, au Laos, au Niger, au Mali et au Maroc.

Pratique : Renseignements et contact via le site restaurants-sans-frontieres.org

0

Écrit par admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pornichet : aménagement de la dune du Port d’échouage

Renouvellement des réseaux d’eau potable, d’eau pluviale et d’assainissement au Croisic